Dosage des alcaloïdes pyrrolizidiniques

Les propriétés hépatotoxiques et cancérigènes des alcaloïdes pyrrolizidiniques (AP) ont amené les autorités à encadrer les préparations à base de plantes connues pour en synthétiser. C’est notamment le cas des préparations à base de Borago officinalis L. qui, au sens de l’arrêté plantes du 24 juin 2014, ne doivent pas contenir plus de 1 ppb d’AP. Cependant, de nombreuses mauvaises herbes dites adventices, telles que Echium vulgare L. ou Senecio vulgaris L. contiennent ce type d’alcaloïdes, et les contaminations croisées s’opérant lors des récoltes ne sont pas rares et parfois inévitables. C’est pourquoi diverses autorités sanitaires, notamment Swissmedic, conseillent fortement la surveillance des AP dans des plantes telles que Melissa officinalis L. et Hypericum perforatum L., connues pour se développer dans le même biotope que ces adventices.

Au vu de l’enjeu phytosanitaire que constitue l’ingestion d’AP et les centaines d’AP référencés dans la littérature, il apparaît paradoxal que les AP soient dosés selon une liste restreinte de standards analytiques. C’est pourquoi, Botanicert a souhaité développer une méthode de dosage plus exhaustive par HRMS.

Login

Lost your password?